vendredi 10 juin 2011

Machisme et féminisme, deux faces de la bêtise.

Les hommes d'aujourd'hui en France sont ils encore des machos? L'affaire DSK a relancé le vieux discours des féministes qui ont oublié les écrits de Beauvoir et de Badinter. On confond à peu près tout. Machisme et séduction, pouvoir et viol, séduction et viol, etc. Le viol est un crime. Il s'exerce généralement d'un être fort sur un être faible. Il y aura toujours entre un homme et une femme, et je dirai même, entre deux individus quelque soit leurs sexes, une relation de séduction ou de répulsion ou d'indifférence. Il en va de même en éthologie chez les animaux. L'homme est une femme comme les autres qui elle même est un animal comme les autres. L'Homme, enfin l'Humain, est juste censé être capable de refréner ses pulsions et se soumettre à la loi. On condamne ici DSK mais il n'y a jamais eu autant de pornographie en libre service que depuis ces dernières années où les femmes font l'objet d'un viol permanent. On montre des femmes acceptant les humiliations les plus basses.

La directrice du magazine "ELLE", Valérie Toranian part en guerre contre la machisme. Avez-vous lu une fois ce magazine? Ce magazine parle de mode, de cuisine, de séduction, etc. En effet, ce magazine donne une très belle image de la femme qui s'assume dans la mode, la cuisine et la séduction. Bref, il y a une hypocrisie globale. Les femmes ne valent pas mieux que les hommes en matière d'amour du pouvoir. "Elle" et sa directrice cherchent avant tout à plaire à leurs annonceurs qui ne sont pas des exemples toujours du respect de la femme. Le fric passe avant les principes.

Pourquoi le marché du sexe est-il si florissant? Parce qu'il n'y a jamais eu autant d'hommes frustrés. Je dis "hommes" car c'est un marché dédié quasiment exclusivement aux hommes. Pourquoi les hommes sont-ils frustrés? Je me garderai bien de dire ce que je pense par peur de passer pour un affreux machiste mais je crois que le livre "Premier Sexe" de l'abominable Eric Zemmour traite précisément de cela. Bref, pour résumer, les femmes ont tellement voulu ressembler aux hommes, que les hommes ont fini par ne plus les désirer. Ils se tournent donc vers des archétypes de femmes soumises et sexuées. Je ne dis pas qu'il s'agit là d'un progrès. Je crois que l'on ne change pas la génétique d'un homme sur une génération. Cependant, patience, d'ici quelques générations, si cela continue comme cela, les hommes n'embêteront plus du tout les femmes. Elles seront toutes devenues des hommes comme les autres. Nous serons tous égaux. 

Reprenons les choses plus sérieusement. Les femmes ont toute légitimité à demander une plus grande justice en matière d'égalité des sexes. Elles ont toute légitimité à s'émanciper et à briguer des postes à responsabilité. Elles ne sont pas moins compétentes que les hommes, elles ne sont d'ailleurs pas plus vertueuses non plus. Pourtant, de nombreuses femmes ne rêvent pas de s'affranchir des homme. Il n'y a rien de dégradant à s'occuper d'une maison et rien de particulièrement honorifique d'aller essayer de vendre des boites de conserve dans un supermarché et passer sa journée sur les routes ou dans les hôtels.

Tous les hommes ne sont pas DSK ou PGD ou Golden Boys. Beaucoup d'hommes travaillent durs également et sont bien contents de retrouver le "Home Sweet Home" que leur compagne leur a amoureusement préparé tout comme les femmes sont heureuses du retour du "guerrier".

Ce qui est juste dans ce que défendent les femmes, c'est le droit à une certaine sécurité. En effet, ces femmes qui se dévouent pour leur bien-aîmés risquent de se retrouver sans rien le jour où le gentil conjoint décide de la "répudier" pour une plus jeune, une plus jolie, etc.  Toutefois, il existe aussi des situations inverses où c'est la femme qui part avec un autre homme, plus beau, plus jeune, plus riche.

Pour conclure simplement, ne faisons pas un problème quelque chose qui n'existe pas. La machisme est l'équivalent du féminisme, ce sont deux expressions de la bêtise, de la frustration, de la haine de l'autre par ignorance et par impuissance.


2 commentaires:

  1. Pour une femme vouloir se libérer est une vraie forme de courage car derrière cette libération il y a forcément une vie faite de choix et de sacrifices. La maman sacrifie sa carrière pour ses enfants, la carriériste sa vie de famille pour son travail.Comment palier à ce tiraillement lorsque les activités liées au foyer sont dénigrés. Aujourd'hui se n'est pas la société qui s 'adapte aux femmes mais bien l'inverse et ces dernières sacrifient une partie importante de leur vie. Il faut absolument revaloriser le travail des mères ( tout en mettant les pères à contribution). Cela passe par une reconsidération de la maternité qui ne doit pas être un moins sur un CV et puis accepter que les parcours professionnels des femmes ne puissent pas être aussi linéaire que celui des hommes.
    Concernant la pornographie il est urgent de poser des règles. Je pense qu'il est important de garder à l'esprit qu'elle ne touche pas seulement des adultes mais aussi des enfants et pré ado qui ne font pas la part des choses.Ces images ultra violente contribue à diffuser une image dégradante de la femme et ne reflète en rien la sexualité.
    Néanmoins, je pense que nous devons sortir de cette logique, stérile de lutte entre les sexes, pour arriver à une coopération entre les hommes et les femmes et valoriser ce qu'ils ont à nous apprendre de la gratuité. AD

    RépondreSupprimer
  2. Depuis l'existentialiste on ne devrait plus essentialiser la question des genres et seul devrait compter la question de la lutte contre les inégalités. Inégalités entre hommes/femmes, Blancs/personnes de couleur, jeunes/vieux, riches/pauvres, etc. En revanche la Nature quand même fait des femmes des mamans potentielles et les femmes devraient avoir le choix et la possibilité aussi de s'arrêter de travailler pour élever un ou plusieurs enfants. Les femmes et les hommes également car l'éducation est l'affaire du couple de parents. Nous voyons bien que malgré l'existentialisme la question du genre continue a poser un certain nombre de problèmes. Bien que différents, et c'est important de le dire, les femmes et les hommes sont semblables devant la souffrance et la mort. Nous devons cultiver nos différences tout en rappelant que la diversité est une richesse et qu'elle n'est pas vecteur de désordre mais bien au contraire vecteur d'harmonie.

    RépondreSupprimer

Merci de me laisser un commentaire. J'écris pour penser. Vos avis me nourrissent. Ne soyez pas désobligeant c'est tout ce que je demande.

De la Démocratie en Amérique

L'élection de Donald Trump n'a toujours pas été digérée. La plupart des journaux américains continuent à le présenter comme un pers...