jeudi 14 juillet 2011

Bonne humeur et longévité

A laugh a day may keep death further away

Une étude norvégienne (Oslav's Hospital)  a démontré que le sens de l'humour réduisait significativement la mortalité. Bien évidemment, il ne suffit pas de rire pour guérir du cancer mais l'humour permet de lâcher prise avec la réalité souvent cruelle et dramatique. C'est cette distance que nous pouvons mettre avec le réel qui nous permet d'y échapper un peu. "Rire fait du bien", comme le souligne le "Projet LOL" du Photographe David Ken. David Ken utilise son objectif pour faire sortir les personnes qu'il photographie de leurs postures souvent artificielles exigées par la vie en société, par l'image que l'on doit avoir pour être pris au sérieux. A force de se prendre au sérieux, on finit souvent par ne plus rire de rien, ni même sourire. Ce projet a justement comme but de photographier les gens pendant les quelques secondes où ils sont vraiment eux-même, dans l'éclat de rire, dans le fou-rire.

Rire est un besoin naturel. C'est une façon de rendre insignifiant ce qui nous fait peur. Le rire est une explosion de joie. Il est impératif pour vieillir harmonieusement de jouir et de se réjouir régulièrement. Freud l'a longuement expliqué et les psychanalystes n'ont cessé de le répéter depuis. Au delà du rire, c'est le plaisir qui nous importe avant tout. Le rire en fait partie.


Le "rire" a toujours intéressé les philosophes. Démocrite, Aristote, Platon, Hobbes, Nietzsche, Bergson. Il exorcise le "vice", les peurs, etc. Nous rions lorsque nous réalisons que ce qui nous paraissait tragique était dérisoire...Nous rions quand nous devenons les spectateurs du grand théâtre de la société. Nous rions pour ne pas pleurer.


Le rire est convivial et communicatif. Regardez sur youtube les fous rires des bébés. Observez-vous. Vous riez avec eux de bon coeur. Non seulement nous pouvons rire de tout mais nous devons rire de tout car tout est dérisoire...Toutefois, le malheur, le tragique n'est pas dérisoire. Nous devons rire de tout sauf du malheur des autres...C'est la seule exception que je ferai. 


Le rire est un lien social. Nous pouvons rire ensemble quelque soit notre âge, notre race, notre sexe...Le rire  rassemble ce qui est épars. L'amitié nait presque toujours dans un rire. Le rire est une communion pas un partage...Le partage divise les parts. Plus nous sommes nombreux, plus les parts sont petites. Lorsque nous rions devant un film comique ou devant un sketche, nous rions tous à 100%.  La communion est un partage sans division.


De ce fait, plus on rit, plus on est socialisé, moins on est aigri, frustré. Celui qui ne rit plus est un homme malheureux qui a perdu le sel de la vie. Lorsque nous perdons le sel de la vie, nous perdons l'appétit de vivre. Lorsque nous perdons l'appétit de vivre, nous perdons l'appétit et nous perdons aussi la santé.


Le philosophe Hobbes pensait que le rire était outrancier et qu'il fallait se contenter de sourire. Il disait : "La soudaine glorification de soi est la passion qui produit ces grimaces qu'on nomme le rire". Cet homme, bien que philosophe, se trompait de sujet. Il confondait le rire et la moquerie. La position de Hobbes sur le rire a conduit Nietzsche à le détester car lui pensait, au contraire, qu'il fallait classer les philosophes en fonction de leurs capacités de rire des choses de la vie. Il pensait que le Savoir était gai.


Pourquoi les bébés rient ils si fort? C'est que le rire est le propre du principe de plaisir et que les bébés nagent dedans. Avec l'âge, le principe de réalité l'emporte sur le principe de plaisir et rire devient une obligation pour apporter l'optimisme qui permet de continuer et d'accepter les désagréments du grand âge.


Pour terminer, je citerai le vers de Prévert : " Rire de mourir et mourir de rire". La messe est dite. Amen.


Vive le Projet LOL.  Jouissez et réjouissez-vous ici et maintenant.


Essayer de ne pas rire en regardant cette video...;-)




1 commentaire:

  1. Je souhaite ici rebondir sur votre sondage concernant l'euro et vous dire que nous ne saurons donc pas si le peuple grec approuve la mise sous tutelle de l'Europe... pas tout de suite.
    Panpandréou, premiers ministres de père en fils!
    La Grande Idée est loin, les guerres médiques marquaient le passage de l'époque archaïque à l'époque classique...Les guerres merdiques des finances marquent le retour à l'asservissement. Condescendance, arrogance... panhellénisme où êtes-vous?
    Référendum... pschitttt, premier ministre... pschitttt, démocratie... pschittttt.
    A l'oriJine, il y avait la katharévousa qui refusa qu'on la muselât.
    Blocit.

    RépondreSupprimer

Merci de me laisser un commentaire. J'écris pour penser. Vos avis me nourrissent. Ne soyez pas désobligeant c'est tout ce que je demande.

De la Démocratie en Amérique

L'élection de Donald Trump n'a toujours pas été digérée. La plupart des journaux américains continuent à le présenter comme un pers...