dimanche 29 janvier 2012

Vers une fraternité laïque républicaine.


Un soir j'ai écouté dans l'émission de Frédéric Taddéï "Ce soir ou Jamais" le très libéral Guy Sorman reprendre une idée que je défends depuis des années. L'altruisme rationnel ou la Fraternité comme lien social. Cela peut paraître une utopie mais pas du tout, il s'agit bien de quelque chose de tout à fait réel. 

Je m'explique :

Depuis quelques décennies nous voyons la réussite individuelle mise en avant comme moteur de la société. Les journaux économiques publient régulièrement les top 100 des familles les plus riches, des entreprises les plus performantes, etc. Le curseur de la performance est placé sur l'individu et sur l'accumulation des richesses. Il s'agit pour moi d'une erreur fondamentale de nos sociétés. En vérité ce système génère des jalousies et des haines qui fragilisent notre société. Cela oppose ceux qui "réussissent" matériellement et ceux qui échouent. Cela créé une compétition du "toujours plus" qui entrainent les sociétés et les individus vers encore plus d'égoïsme et de repli sur soi.

Voila ce que je propose pour changer ce système : 

L'idée saugrenue de Mélenchon de plafonner les revenus est un idée séduisante à un détail près et pas le moindre :  On ne peut pas s'approprier le bien d'autrui sans contrepartie. C'est totalement anticonstitutionnel.

Il faut inciter à la générosité en échangeant une somme d'argent contre de l'Estime de Soi. Je m'explique : les plus riches qui participent à l'amélioration de la société en étant généreux recevront de la République des sortes d'"Indulgences" non pas pour aller au "Paradis" mais pour faire partie du Panthéon de la République.

Un hôpital construit grâce au don d'un footballeur présentera à son entrée une statue représentant ce footballeur afin que tous sachent qu'ils lui doivent ce bienfait. Une école financée par une banque portera une mention qui remerciera cette banque. Etc. Les journaux publieront le top 100 des fortunes les plus généreuses. Le curseur ne sera plus sur l'égoïsme mais sur la générosité.

Tout le monde voudra être généreux car tout le monde veut être aimé. La compétition individuelle génère de l'orgueil et non pas de l'estime de soi. L'Orgueil isole et ne rend jamais heureux.

Il faut créer une bourse de la générosité et transformer les transactions financières en transactions altruistes. Il faut générer une spirale vertueuse de la générosité.

Nous sommes passés au XXème siècle d'une raison objective héritée des Lumieres (recherche d'une finalité, en l'occurrence la progrès et le bonheur) à une raison instrumentale (cf Heidegger interprétant Nietzsche à travers "La Technique") dont l'objet est la volonté de puissance et de croissance à l'infini déconnectée de toute finalité de progrès et de bonheur. Ce qui compte c'est d'accumuler des richesses bien au delà du seul besoin d'être heureux. Les entreprises doivent innover en permanence non pas à la recherche du progrès mais pour ne pas être dépassées par la concurrence. Cette croissance désordonnée ressemble à celle des cellules cancéreuses qui croissent indéfiniment sans savoir qu'elles se menacent elles même en détruisant l'hôte, le patient. Il en est de même dans le rapport entre l'humanité et son environnement : La Terre. (relire le Contrat Naturel de Michel Serres).

Notre période manque terriblement d'amour. La solution à cette crise est d'instiller dans notre société un peu plus de fraternité en incitant à être bon, généreux, altruiste. Nous devons relancer l'idée de modernité en tant que recherche du progrès et du bonheur et mettre fin au nihilisme ambiant.

Contrairement à notre président actuel, je n'ai rien contre les riches, bien au contraire. je souhaite que la République les honore et les incite à se montrer généreux. Nous avons tous à y gagner. Je préconise un altruisme rationnel. Faire le bien n'est pas seulement moral, c'est aussi une nécessité politique et sociale du "vivre ensemble".



8 commentaires:

  1. Un tweet de plus en faveur de tes idées que je partage là, totalement...Il faut agir vite car les extrémismes de tous poils grignotent nos espaces de liberté.
    "Ma liberté s'arrête ou commence celle de mon voisin" et vice et versa, bien entendu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Jacques Olivier
      Une autre définition de la liberté me semble plus précise: La liberté est de faire ce qu'on veut avec ce qu'on a. C'est a dire qu'on peut utiliser ce qui est à soit, mais pas ce qui est aux autres.

      Supprimer
    2. @Gidmoz La liberté n'est pas de disposer de ce que l'on a si ce que l'on a a été obtenu en privant les autres ou pire en les volant. La liberté ne consiste pas à faire ce que l'on veut mais plutot de faire en mesure de ne pas heurter, déranger autrui. Ainsi sur une autoroute la vitesse est limitée à 130. Libre a quiconque de dépasser cette limite mais s'il se fait contrôler avant d'avoir tuer quelqu'un il devra s'acquitter d'une taxe qui couvrira les surcoûts que ce type de comportement occasionne.

      Supprimer
  2. Hélas, je ne m'appelle pas Stéphane Hessel. Il faudrait que je prenne le temps d'écrire ce manifeste.

    RépondreSupprimer
  3. bonjour,
    Il est vrai que pour monde meilleur cette politique serait la bienvenue,sauf que l'homme d’aujourd’hui est trop pollué le besoin d'être le meilleur en tout, d’acquérir le mieux et surtout le plus.
    Le temps de la générosité et du don de soi n'est plus inculquée ou si peu.
    Et quand bien même on adopterai le don d'une statut au mécène qui paierait pour la construction d'un hôpital, il voudra toujours être celui qui aura le plus de statut à son effigie, un riche sera toujours riche et se saura toujours riche, de part cela, il prendra, indéniablement,le pouvoir sur les autres. C'est ainsi depuis que 'homme est sur terre, celui qui avait le feu avait le pouvoir, aujourd'hui le pouvoir est à ceux qui ont de l'argent. c'est l'homme. Le jour ou la terre n'aura plus rien à offrir, ou ne pourront plus consommer l'agriculture, son eau l'homme retrouvera peut être sa dignité humaine dans le don de soi et la partage.
    Christelle

    RépondreSupprimer
  4. @ Christelle. Je ne suis pas aussi pessimiste que toi. Le marketing pourrait trouver l'altruisme finalement vendeur car d'un seul coup il correspondrait à l'attente du plus grand nombre. Du coup toutes les sociétés voudraient alors être généreuses pour être dans le coup. Il faut aussi chère Christelle tabler sur la connerie humaine et l'instrumentaliser pour la mener à faire le Bien.

    RépondreSupprimer
  5. @Didier Buffet
    La loi interdit à une entreprise d’être généreuse. Les dons d'entreprise sont lourdement taxés, et limités à un pourcentage infime, quelque 1 pour mille, et encore sous certaines conditions strictes.
    La loi taxe à 75% les dons. Le vrai salaire est 100. L'Etat-Sécu le taxe 50. Puis, la taxe sur le don est, a priori, de 50%. Il reste 25 pour le bénéficiaire du don.
    Pour réduire la consommation de tabac, l'Etat le taxe à 85%. Pour réduire la générosité populaire, l'Etat la taxe à 75%. La taxe est un moyen efficace de décourager une dépense.
    Le but de l'Etat est d’apparaître utile et nécessaire, d’apparaître généreux et montrer que les gens ne le seraient pas. Pour décourager la concurrence de son quasi monopole de la générosité, l'Etat taxe ses concurrents.

    RépondreSupprimer
  6. Il faut bien sûr réformer tout cela. Il faut que les dons soit déductibles des impôts dès lors qu'ils servent pour une cause qui améliore la vie de la Nation.

    RépondreSupprimer

Merci de me laisser un commentaire. J'écris pour penser. Vos avis me nourrissent. Ne soyez pas désobligeant c'est tout ce que je demande.

De la Démocratie en Amérique

L'élection de Donald Trump n'a toujours pas été digérée. La plupart des journaux américains continuent à le présenter comme un pers...